Rechercher

Nous sommes des Yétis


Du 26 septembre au 1er novembre, j’ai eu le plaisir de participer au Coopérathon 2018 organisé par le Desjardins Lab. 25 jours de compétition, 4 sprints, 1500 participants, 9 villes et un même objectif : construire des projets qui contribuent à un futur responsable. Construit sur la base du Design sprint, le Coopérathon a fait vivre aux équipes une aventure remplie d’apprentissage entrepreneurial permettant de préciser son idée, de construire de la valeur autour, d’en esquisser un prototype et de le vendre ensuite.


L’aventure Coopérathon, c’est une idée devenue un projet : une démarche et un outil pour faire émerger des idées intrapreneuriales permettant à l’entreprise de façonner son empreinte sociétale.


Et quoi de mieux qu’une grosse patte de Yéti pour symboliser une belle et grande empreinte sociétale ? La Dream Team est l’équipe Yéti !


Intrapreneurs, nous sommes des Yétis


Le Yéti, c’est aussi toi cher Intrapreneur. Toi qui cherches à t’impliquer partout, toi qui as envie d’expérimenter toutes sortes d’idées au cœur de ton entreprise, d’engager le monde dans des causes qui te tiennent à cœur et participer à une belle empreinte sociétale.


Oui, Intrapreneur, tu es un Yéti. Tu n’es pas toujours compris de tes collègues ou de tes gestionnaires, les gens trouvent que tu en fais trop ou que tu dépasses la portée de ton mandat, tu as trop d’idées à la fois et tu veux souvent plus que l’organisation elle-même. Tu es une source d’innovation et d’accélération mais parfois les autres te trouves un peu tannant. Tu cherches un peu ta place parce que ta description d’emploi, ce n’est pas toi ! Parfois on te regarde bizarrement, comme si tu étais un Yéti !



Intrapreneur ? Quèsaco ??

Les Inspirés nous ont offert un bel article nous expliquant cela :

«L’intrapreneuriat, c’est l’action d’agir comme un entrepreneur en travaillant au sein d’une organisation dans laquelle vous êtes employé. Concrètement, cela peut vouloir dire mettre sur pied une nouvelle équipe, développer un nouveau service, organiser un comité social, offrir une stratégie innovatrice, etc. Parfois, les intrapreneurs ont aussi des éclairs de génie qui changent la face de leur organisation. »

Ils nous expliquent qui sont les intrapreneurs, pourquoi ils le sont et en quoi ils sont d’une grande valeur pour l’entreprise.


« Être intrapreneur, c’est aussi donner un sens à son travail, peu importe le domaine. Parfois, c’est difficile de faire le deuil de cet emploi «parfait» qui va changer le monde, mais en s’engageant comme intrapreneur, on peut avoir de grands impacts, un milieu à la fois, une petite innovation à la fois. […] Les intrapreneurs aident à promouvoir l’innovation basée sur des besoins, talents et ressources internes, souvent inexploités. Une plus grande motivation et mobilisation des équipes est souvent une belle conséquence de cette meilleure utilisation des réseaux internes. Les pratiques et projets de l’entreprise risquent d’évoluer également plus rapidement. Les organisations pleines d’intrapreneurs sont plus créatives, agiles et efficientes! »


Intraprendre pour réaligner l’entreprise avec sa mission sociétale

Selon l’article de Make Sense, l’intrapreneuriat permet « à des collaborateurs d’expérimenter leurs idées d’innovations et de nouveaux modèles économiques pour leur entreprise en leur laissant du temps, des ressources et un accès au top management - soit une façon prometteuse de (ré)-aligner l’entreprise avec sa mission sociétale. »

Mais l’intrapreneuriat est un chemin difficile. Quand on est employé pour une mission et des tâches spécifiques, comment aller dire à son patron qu’il faut travailler sur d’autres axes essentiels à un bon développement durable ? Il est évident que cela prend un engagement clair de l’organisation autant dans le développement durable que dans le soutien à l’intrapreneuriat.


Make Sense nous propose quelques règles d’or :

  1. L’impact doit être aligné avec le business

  2. L’intrapreneuriat à impact doit être soutenu à haut niveau pour réussir à grande échelle

  3. Bien penser son dispositif d’intrapreneuriat pour maximiser les chances de réussite

  4. Ne pas s’isoler, accepter l’échec, construire sur les apprentissages

  5. L’intrapreneuriat, une aventure avant tout collective !


Le mouvement #Intrapreneurs4Good (issu du programme d’intrapreneuriat de l’Engagement d’entreprise de BNP Paribas) nous donnent également des facteurs de réussite dans l’article suivant :


  • Obtenir le soutien du top management

  • Considérer l’intrapreneuriat social comme un levier de transformation business

  • L’intrapreneuriat est un véritable outil de transformation business qui doit être distingué du « charity business ». Il ne s’agit pas de faire seulement du « good » mais de repenser nos modèles de business en intégrant le tryptique : people, profit, planet.

  • Penser l’entreprise comme un terreau fertile à l’innovation


Le mouvement nous donne également des éléments pour ancrer l’intrapreneuriat social dans son organisation :


  • Encourager le renouvellement des pratiques managériales

  • En tant qu’accélérateur d’innovation, l’intrapreneuriat questionne les pratiques managériales établies. L’accompagnement et la formation des managers est une étape nécessaire à la réussite d’un programme d’intrapreneuriat social au sein de son organisation. Plus qu’un programme, c’est un état d’esprit qu’il faut instiguer

  • Accompagner intrapreneurs et managers dans l’après-programme

  • Favoriser l’open source et le partage de bonnes pratiques


De belles pistes, mais rien n’est simple.


Chers intrapreneurs, cela nous prendrait une communauté pour échanger nos idées, s’entraider à construire nos projets à impact social, étudier les possibilités de mise en œuvre dans nos entreprises.


Ça vous dirait une communauté de Yétis ?

J'y travaille :)

0 vue

LES YÉTIS INTRAPRENEURS

sophie@lesyetis.org